TOMÁS SARACENO – “ AIR “

By / 26th February, 2020 / Eventi / No Comments

IMG_8332

TOMÁS SARACENO
“ AIR “

Exposition du 22 Février 2020 au 19 Juillet 2020
Palazzo Strozzi – Florence
www.palazzostrozzi.org

1

“AIR”, un événement très attendu celui de la nouvelle exposition à Florence de TOMÁS SARACENO, l’artiste argentin qui plus que tout autre avec son art nous pousse tous vers une profonde révolution culturelle.
La raison est très simple car ses thèmes sont ceux de la Grande Actualité: Changement climatique, réchauffement climatique, pollution, durabilité.
À la différence près que s’il est également devenu quelque peu à la mode de discuter de ces sujets maintenant, l’artiste y fait face et les étudie depuis de nombreuses années.
Pour Florence et le Palazzo Strozzi, Saraceno a créé des installations, dites “sites spécifiques”, conçues spécifiquement pour ses salles. A partir de la fascinante et élégante installation dans la cour: “Constellation thermodynamique”.
Ce sont d’énormes sphères (prototypes de sculptures aérosolaires) capables de flotter dans le monde, sans frontières ni combustibles fossiles.

2

Ces voyages aérosolaires reconsidèrent les façons dont les frontières sont établies par les humains, réfléchissant au pouvoir des institutions nationales de décider qui peut transiter, méditant sur des politiques qui affectent de manière spectaculaire les sujets vulnérables, les êtres humains et les formes de vie non humaines.
Cela signifie devenir un nomade de l’air, passer de “Homo Œconomicus” à “Homo Flotantis” qui est en phase avec les rythmes planétaires, conscient de vivre avec d’autres êtres, humains et non humains, et qui a appris à flotter dans l’air et dérivant avec le vent, au sein de son être primordial.

Le directeur général du Palazzo Strozzi, Arturo Galansino, a écrit que “Aria” propose le passage de l’homme au centre de l’univers (concept fondateur de l’humanisme de la Renaissance) à l’homme comme un tout dans lequel rechercher une nouvelle harmonie par la destruction de toute hiérarchie et vision pyramidale.
Un concept que toute l’exposition réaffirme avec force, car ils sont le fruit des paroles et des pensées de l’artiste: “Nous vivons à une époque où l’extension des écosystèmes diminue de plus en plus, proportionnellement aux investissements intercontinentaux des multinationales agricoles. les déchets augmentent et rebondissent d’un océan à l’autre tandis que les portefeuilles de quelques-uns deviennent de plus en plus enflés et que les fumées toxiques des incinérateurs dépassent la frontière. ”
Et encore “Ce qui est entre nous et le soleil est contrôlé par quelques-uns et est de plus en plus compromis: les émissions de carbone remplissent l’air, de fines particules flottent dans nos poumons tandis que le rayonnement électromagnétique enveloppe la terre. Dicter le rythme du capitalisme numérique à l’ère du Global Surchauffe. ”
Et contre leurs perspectives, “Aria” propose et suggère l’idée qu’il est possible de vivre différemment.
Immédiatement.
En cette ère géologique, l’ANTHROPOCÈNE.
Le terme indique l’ère dans laquelle l’ensemble de l’environnement terrestre, dans toutes ses caractéristiques physiques, chimiques et biologiques, est conditionné par les effets de l’action humaine.
C’est, en résumé, de la pollution.

TOUT CHANGER
“Aria” suggère que l’Art peut et doit ouvrir la voie à de nouvelles sensibilités. Au nom de l’intérêt commun, travailler avec la science.
TOMÁS SARACENO, espère une perspective où il sera important de “se concentrer moins sur l’individualité et plus sur la réciprocité”.
Et donc “ARIA” est né.
La particulière exposition est construite autour de 33 cartes spéciales de “tarot”, réinventées par l’artiste et développées dans 9 salles.
Au centre de tout, la figure de l’araignée et ses toiles d’araignées.
Métaphore parfaite pour les liens de tout ce qui existe dans la nature. Nous sommes tous liés. On ne fait qu’un.
TOUT.
Autrement dit, nous les humains, les animaux, le règne végétal et minéral, l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons, sous la lumière du soleil qui illumine notre galaxie.
Et chacun de nous.

3

MODIGLIANI e l’avventura di Montparnasse

By / 20th February, 2020 / Eventi / No Comments

MODIGLIANI e l’avventura di Montparnasse Catalogue d’exposition disponible pour les invités de B.& B. DE AMICIS

MODIGLIANI E L’AVVENTURA DI MONTPARNASSE
Capolavori dalle Collezioni Netter e Alexandre

Fino al 16/02/2020
www.mostramodigliani.livorno.it

MODIGLIANI e l’avventura di Montparnasse MUSEO DELLA CITTÀ – Livorno
Piazza del Luogo Pio
Quartiere della Venezia Nuova

A l’occasion du centenaire de la mort d’Amedeo MODIGLIANI, qui a eu lieu à Paris en janvier 1920, ils seront exceptionnellement réunis dans les salles du Musée de la ville de LIVOURNE (la ville où l’Artiste est né le 12 juillet 1884) 26 de ses œuvres, ainsi que plus d’une centaine d’autres chefs-d’œuvre de l’Ecole de Paris, qui ont appartenu aux deux plus grands collectionneurs qui ont accompagné et soutenu “DEDO” dans sa vie.

Le premier est Jonas NETTER, un brillant collectionneur qui a collectionné les plus beaux chefs-d’œuvre du jeune homme de Livourne, mais aussi quelques-unes des œuvres les plus importantes de l’Ecole de Paris.
Parmi les 14 œuvres de Modigliani de la collection Netter, le portrait Fillette en Bleu de 1918 sera exposé; le portrait de Chaïm Soutine de 1916; le portrait Elvire au col blanc (Elvire à la collerette) peint entre 18 et 19; le portrait Jeune fille rousse (Jeanne Hébuterne) de 1919, qui dépeint la belle Jeanne Hébuterne en trois quarts alors qu’elle se tourne vers le spectateur dans une attitude pleine de naturel et d’élégance et capable de capter l’attention avec ses yeux d’un bleu profond.

Le second est Paul ALEXANDRE, qui l’a soutenu à son arrivée à Paris et l’a aidé dans le projet sculptural des Caryatides ainsi que lors de ses retours à Livourne en 1909 et 1913. Sur les 12 dessins, issus de la collection Alexandre, vous pouvez admirez quelques cariatides dont la Caryatide (bleue) de 1913.

La section MODIGLIANI commence par 17 œuvres sur papier, qui documentent la transition des premiers nus naturalistes à la phase plus géométrique, inspirée de l’art noir, pour arriver à Cariatide (bleue) (1913) qui ouvre la voie aux femmes aux courbes excessives. Dans ses dernières années de vie, Dedo quitte l’écrivain Beatrice Hastings (dont on se souvient ici avec une huile sur toile de 1915) et rejoint la jeune artiste Jeanne Hébuterne, présente à Livourne avec une œuvre à double face: Intérieur au piano (1918) et Adam et Eve (1919). Les neuf tableaux de Modì sont représentés: un plus intense que l’autre et tous liés à sa vie quotidienne, du visage barbu Constant Lepoutre (1919) au même barbe Léopold Zborowski (1916) à la barbe rouge, jusqu’à son collègue Chaïm Soutine ( 1916) avec un regard souffrant et une Fillette en bleu tendre et réfléchie (1918). Mais surtout les deux portraits de la bien-aimée ont retenu l’attention: Jeune fille rousse (Jeanne Hébuterne) (1918) au visage sensuel et échevelé, et Jeanne Hébuterne (Jeanne Hébuterne au henné) (1918).
“Jeanne était très sombre, elle avait un air très doux et un visage régulier aux yeux orientaux et quelque chose de rêveur, absent”, décrit ainsi Modì. Ses œuvres ont été très appréciées par Netter, qui en a acheté plusieurs, bien que ils ont été amèrement critiquées et rendus presque invendables. Lors de sa première exposition personnelle en 1918 à la galerie Berthe Weill, ses nus dans la vitrine fait scandale et la police est appelée. Des amis ont demandé à Netter pourquoi il avait acheté “toutes ces ordures”, mais le collectionneur est resté convaincu de son choix, également soutenu par Zborowski, qui a défendu ses artistes comme un lion. C’est grâce à eux qu’après cent ans Dedo est revenu à Livourne, avec une exposition qui retrace avec précision les dernières années de sa vie à Montparnasse.

Avec les œuvres de MODIGLIANI, plus d’une centaine d’autres chefs-d’œuvre seront également exposés, également collectés par Jonas Netter depuis 1915. Ce sont des œuvres représentatives de la grande Ecole de Paris.
Parmi ceux-ci, vous pourrez admirer des tableaux de Chaïm Soutine tels que L’Escalier rouge à Cagnes, La Folle, L’Homme au chapeau et Autoportrait au rideau, peints de 1917 à 1920; des œuvres de Maurice Utrillo telles que Place de l’église à Montmagny, Rue Marcadet à Paris, Paysage de Corse; des œuvres de Suzanne Valadon comme Le Trois nus à la campagne, Andrè Derain avec Le Grand Bagneuses, Saint-Tropez et Portrait d’homme (Jonas Netter) par Moïse Kisling, une artiste polonaise qui nous a laissé l’un des portraits les plus emblématiques de la collectionneur Jonas Netter.

image2Amedeo Modigliani
“Opere su carta”

image3Amedeo Modigliani
“Cariatide (bleue)”, 1913 circa – Matita blu su carta / Dettaglio

COLLEZIONE ALEXANDRE

image4Amedeo Modigliani
A sinistra : “Jeune fille rousse” (Jeanne Hébuterne), 1918 – Olio su tela
Al centro : “Fillette en bleu”, 1918 – Olio su tela
A destra. : “Leopold Zborowski”, 1916 – Olio su tela

image5Amedeo Modigliani
“Fillette en bleu”, 1918 – Olio su tela

image6Amedeo Modigliani
“Fillette en robe jaune” (Portrait de jeune femme à la collerette), 1917 – Olio su tela

image7Amedeo Modigliani
“Jeanne Hébuterne” (Jeanne Hébuterne au henné), 1918 – Olio su tela

image8Amedeo Modigliani
“Elvire au col blanc” (Elvire à la collerette), 1917 o 1918 – Olio su tela

COLLEZIONE NETTER

image9Moïse Kinsling
“St. Tropez, Septembre”, 1918 – Olio su tela

image10Moïse Kinsling
A sinistra : “Nature morte aux deux tables”, 1916 – Olio su tela
A destra. : “Nu couché sur un divan”, 1919 – Olio su tela

image11Moïse Kinsling
“La femme au pull-over rouge”, 1917 – Olio su tela

image12Maurice Utrillo
“Place de l’Église à Montmagny”, 1907 circa – Olio su tela

image13Maurice Utrillo
“L’École des garçons, place Carnot à l’Argenteuil”, 1915 – Olio su cartone

image14Maurice Utrillo
“Rue Marcadet à Paris”, 1911 – Olio su tela

image15André Derain
“Nu debout”, 1910 circa – Olio su tela

image16André Derain
“Les grandes baigneuses”, 1908 – Olio su tela

NATALIA GONCHAROVA

By / 15th January, 2020 / Eventi / No Comments

NATALIA GONCHAROVA

NATALIA GONCHAROVA
Une femme et l’avant-garde entre Gauguin, Matisse et Picasso
Exposition du 28 septembre 2019 au 12 janvier 2020
Palazzo Strozzi – Florence
www.palazzostrozzi.org

 

Natalia Goncharova (Gouvernorat de Tula 1881 – Paris 1962), artiste d’origine russe mais de vocation internationale, a été l’une des premières femmes à s’inscrire dans le panorama avant-gardiste du début du XXe siècle, comme en témoignent les 130 œuvres installées dans des salles conçues pour être croisé les sections qui nous mènent, les traversant, dans l’hétérogénéité de son regard et de ses influences. Elle est active en tant que peintre, créatrice de costumes, illustratrice, graphiste, scénographe, décoratrice, styliste, mais également en tant qu’actrice de cinéma, danseuse et artiste-interprète ante litteram.

La disposition du Palazzo Strozzi met clairement en évidence cet aspect, car il crée un passage entre les différentes salles, en le traduisant par l’utilisation de couleurs de murs: gris pour les artistes qui ont influencé son art et coloré pour les différentes saisons de sa production.

Pour cette formidable polyvalence et non-conformisme, vous ne vous ennuierez jamais pendant le spectacle. Ses peintures, ses œuvres sont fascinantes, colorées, intenses, capables de passionner chacun de nous différemment.

Il a exposé dans les plus importantes expositions européennes d’avant-garde, à Munich, Berlin, Paris et Londres, tandis qu’à Moscou, il a participé à des spectacles au cours desquels il a défilé dans le quartier le plus élégant de la ville avec son visage et son corps peint avec des images et des phrases destinées à scandaliser les gens qui pensent bien.
Défiant la moralité publique a été la première femme à avoir exposé des peintures représentant des nus féminins et pour cela, elle a été accusée et jugée.
Pendant plus de cinquante ans, il vécut et travailla avec l’artiste Mikhail Larionov de manière libre et ouverte, ne se mariant que dans les dernières années de sa vie et dans le seul but de protéger l’œuvre commune. Héros de l’avant-garde russe, elle a vécu en exil à Paris pour continuer à travailler sans contrainte.

On peut également dire que Natalia Goncharova a vécu pour l’art de manière totale et non conventionnelle, comme le montrent bien les œuvres exposées dans les salles uniques du Palazzo Strozzi, qui ont été préparées selon des thèmes très spécifiques: Regard vers l’Ouest, Natalia’s Russia, 1913: monographie féminine, Religion, La Grande Guerre, Le Théâtre, Le Modernisme, Goncharova et l’Italie et, enfin, After Russia, mis en valeur par une installation aux couleurs vives, utilisant également une retouche graphique de motifs décoratifs dérivés des illustrations de son livre.

L’exposition peut être visitée tous les jours de 10h00 à 20h00 et le jeudi de 10h00 à 23h00 et restera ouverte au public jusqu’au 20 janvier 2020.

Ses phrases célèbres:

“Vous devez croire davantage en vous-même, en vos efforts et en vos droits devant l’humanité et devant Dieu; croyez que tout le monde, y compris les femmes, a un intellect à la forme et à l’image de Dieu”

“Je n’ai pas peur de la vulgarité de la vie, que je transforme en formes artistiques”

“L’art de mon pays est incomparablement plus profond que tout ce que l’Occident sait”

 

NATALIA-GONCHAROVA---01
Mikhail Larionov
Portrait de Natalia Goncharova, 1907

 

NATALIA-GONCHAROVA---02
Natalia Goncharova
Cirque, 1907

 

Pavone Goncharova
Natalia Goncharova
Paonne (dans le style de la broderie russe), 1910

 

pappagalli
Natalia Goncharova
Perroquets, 1910

 

autunno un parco
Natalia Goncharova
Automne: un parc, 1909

 

Galleria-Statale-Tretyakov
Œuvres de Goncharova à la Galerie Nationale Tretiakov

 

Trittico
Natalia Goncharova
Triptyque – Mère de Dieu, 1911

 

Donna
Natalia Goncharova
“Femme Espagnole avec chále vert”
Croquis pour le ballet Triana, 1916

 

Foresta
Natalia Goncharova
La Forêt, 1913

 

Lettera
Natalia Goncharova
Lettre, 1913

 

Biancheria
Natalia Goncharova
Lin, 1913

 

Vuoto
Natalia Goncharova
Le Vide, 1913

 

Donne
Natalia Goncharova
Trois Jeunes Femmes, 1920

 

IMG_5234
Merci Natalia.
 

 

Catalogue d’exposition disponible pour les invités de B.& B. DE AMICIS

NATALIA-GONCHAROVA---catalogo

EXPLORE – SUR LA LUNE ET AU-DELÀ

By / 28th April, 2019 / Eventi / No Comments

Locandina - Sulla Luna e oltre

 

EXPLORE – SUR LA LUNE ET AU-DELÀ

Jusqu’au 21 Juillet 2019

BLEU PALACE – Pise
Palais d’Art et de Culture
Lungarno Gambacorti, 9
www.palazzoblu.it

Palazzo BluPalazzo Blu – Pisa

Pour plus de 50 ans du premier homme sur la Lune Palazzo Blu et National Geographic présentent « Sur la lune et au-delà ».
De l’incroyable aventure qui a amené l’homme sur la Lune, dont cette année est célébré les 50 ans jusqu’aux images fantastiques des confins de l’univers. Il s’agit du cœur du parcours expositif « Sur la lune et au-delà » l’exposition inédite qui arrivera à Palazzo Blu depuis mars 2019, suivie par le National Geographic et avec la collaboration spéciale de l’Agence spatiale italienne.

Un parcours fascinant entre les merveilles et les mystères de l’univers à travers une récolte de photos symbole, modèles, vidéos et expériences immersives et interactives grâce auxquelles revivre les principales étapes du voyage de l’homme dans l’espace. Un voyage qui restera marqué par idées visionnaires, succès, insuccès et personnages qui ont écrit notre histoire. De Yuri Gagarin à Neil Armstrong, à la première femme dans l’espace Valentina Tereškova jusqu’à la petite chienne Laika.

Plus de 500 entre les hommes et femmes à avoir « touché » l’Espace, entre lequel seront présents aussi les Italiens Luca Parmitano qui au cours du 2019 reviendra à bord de la Station Spatiale Internationale, et Samantha Cristoferetti. L’histoire des explorations spatiales est faite de missions pour découvrir les secrets du Soleil, le protagoniste incontesté au centre du Système Solaire, mais aussi pour connaitre les planètes géantes glacées comme Jupiter, Saturne et Uranus et les planètes rocheuses et bouillantes comme Vénus et Mercure. Sans oublier Mars, la planète qui plus que tous a sollicité l’imaginaire commun, un désert rouge qui dans son passé lointain pourrait avoir hébergé la vie et qu’aujourd’hui conserve encore des lacs d’eau dans le sous-terrain. Le ‘frère mineur’ de la Terre, touché entre succès et insuccès, des sondes Viking jusqu’au tout récent Curiosity et l’européen ExoMars avec son malchanceux atterrisseur Schiaparelli.

L’exposition de Palazzo Blu amène à la découverte de la Station Spatiale Internationale, qui représente l’avant-poste humain dans l’Espace: un environnement à gravité zéro en orbite atour la Terre et que dans environs deux décennies a hébergé à bord plus de 200 astronautes provenant de 18 pays. Il est aussi un laboratoire scientifique dans son genre et lieu symbole de la coopération nationale. Et enfin la Terre, The Blue Marble, qui a été ainsi définie vue de l’Espace en un des rares instants photographiques qui peignent notre entière planète et dans un état de complète illumination. De l’Espace on a le point d’observation unique, duquel on réussit à en comprendre la fragilité et complexité.

L’exposition « Sur la lune et au-delà » est aussi une invitation à se poser des questions sur quoi nous préservera le futur des explorations, aujourd’hui que le projet des premières colonies humaines sur Mars devient de plus en plus pressante. L’exposition a été conçue pour tous âges, des plus grands aux enfants des écoles avec des cours éducatifs pour les classes, construits pour s’intégrer aux programmes scolaires et grâce à la direction du personnel éducatif en impliquant des jeunes dans la compréhension d’importantes phénomènes scientifiques.

 

GagarinYURI GAGARIN a été le premier homme de l’espace.
Il a été lancé à bord de la capsule spatiale Vostok 1 le 12 avril 1961 à 9h07, heure de Moscou, et son vol a pris fin à 10h55.

 

CollageCollage d’images du soleil dans differéntes longueurs d’onde par le Solar Dynamics Observatory

 

Disco oro Disco oroAvant et arrière du Golden Record installé sur les vaisseaux spatiaux Voyager, geste que l’astronome Carl Sagan a comparé au «lancement d’une bouteille dans l’océan cosmique» pour prouver l’existence de la civilisation humaine sur Terre.

 

GlennJohn Glenn en 1962, alors qu’il se rasait quelques heures avant la mission, ferait de lui le premier Américain à orbiter autour de la Terre, puis à l’âge record de 77 ans lorsqu’il reviendra dans l’espace avec une mission à bord de la navette Discovery.

 

ShuttleLe panneau de contrôle complexe des premières navettes spatiales.

 

VostokLe panneau de commande épuré de la capsule Vostok 1 qui transfère Youri Gagarine dans l’espace en 1961.

 

Hubble ultra deep fieldHubble Ultra Deep Field est l’image la plus profonde de l’univers, nous permettant de voir jusqu’à 13 milliards d’années dans le passé.
Réalisé avec une exposition d’un million de secondes, il montre environ 10000 galaxies.

 

James Webb TelescopeSur la photo, le miroir principal du télescope James Webb (dont le lancement est prévu en 2021 à bord d’un lanceur européen Ariane 5). Composé de 18 miroirs hexagonaux disposés en nid d’abeille de 6,5 mètres de diamètre.

 

Astronauti

L’exploration spatiale continue….
BON VOYAGE

VERROCCHIO, MAÎTRE de LÉONARD

By / 28th April, 2019 / Eventi / No Comments

VERROCCHIO, MAÎTRE de LÉONARD
Exposition du 9 Mars 2019 au 14 Juillet 2019
Palazzo Strozzi - Florence
www.palazzostrozzi.org

Le palais Strozzi célèbre Andrea del Verrocchio, artiste emblématique de la Renaissance florentine, dans le cadre d’une grande exposition présentant plus de 120 peintures, sculptures et dessins provenant des plus grands musées et collections du monde, notamment le Metropolitan Museum de New York, le musée du Louvre à Paris, le Rijksmuseum à Amsterdam, le Victoria and Albert Museum à Londres et la Gallerie degli Uffizi à Florence.

L’exposition, avec une section spéciale au Museo Nazionale del Bargello, rassemble pour la première fois les chefs-d’œuvre célèbres de Verrocchio et les œuvres capitales des artistes les plus connus associés à son atelier dans la seconde moitié du XVe siècle, tels que Domenico Ghirlandaio, Sandro Botticelli, Pietro Perugino et Leonardo da Vinci, son élève le plus célèbre, reconstituent également la carrière artistique de Leonardo et ses interactions avec son maître grâce à des emprunts exceptionnels et à des juxtapositions sans précédent.

L’exposition, organisée par deux grands spécialistes de l’art du Quattrocento, Francesco Caglioti et Andrea De Marchi, est l’un des événements phares du programme des célébrations marquant le 500e anniversaire de la mort de Leonardo et constitue la première rétrospective consacrée à Verrocchio, tout en explorant les débuts de la carrière de Léonard de Vinci et en donnant un aperçu de la production artistique à Florence d’environ 1460 à 1490, à l’époque de Lorenzo le Magnifique.

Horaire:

  • Tous les jours 10.00 / 20.00
  • Jeudi 10.00 / 23.00
  • Exposition ouvert même pendant les vacances

Catalogue d’exposition disponible pour les Invités de B.& B. DE AMICIS.

 

VerrocchioGIOVANE GENTILDONNA (1465-1466 circa)
Andrea Del Verrocchio
Marmo bianco – New York, The Frick Collection

 

VerrocchioDAMA DEL MAZZOLINO (1475 circa)
Andrea Del Verrocchio
Marmo – Firenze, Museo Nazionale del Bargello

 

VerrocchioTRE BUSTI FEMMINILI visti di spalle
Desiderio Da Settignano e Andrea Del Verrocchio (dal 1455 al 1475 circa)

 

VerrocchioTESTA DI ANGELO (1472 – 1476)
Andrea Del Verrocchio
Carboncino o Matita nera poi rilavorati dall’artista a penna e inchiostro bruno scuro
Firenze, Gallerie degli Uffizi

 

VerrocchioSPIRITELLO CON PESCE (Putto col Delfino) 1470 – 1475 circa
Andrea Del Verrocchio
Bronzo
Firenze, Museo di Palazzo Vecchio

 

VerrocchioDAVID VITTORIOSO (1468 – 1470 circa)
Andrea Del Verrocchio
Bronzo con tracce di dorature
Firenze, Museo Nazionale del Bargello

 

VerrocchioUne terre cuite étonnante qui serait attribuée à un jeune Leonardo Da Vinci, alors élève de l’atelier Andrea Del Verrocchio.

MADONNA COL BAMBINO (1472 circa)
Leonardo Da Vinci
Londra, Victoria and Albert Museum

EXPOSITION AU BLEU PALACE – Pise

By / 5th February, 2019 / Eventi / No Comments

“De MAGRITTE à DUCHAMP. 1929: le Grand Surréalisme du Centre Pompidou“

Jusqu’au 17/02/2019
www.surrealismopisa.it

Catalogue d’exposition disponible pour les invités de B&B.

 

BLEU Palace – Pise
Palais d’Art et de Culture
Lungarno Gambacorti, 9
www.palazzoblu.it

image00011

La Fondation BLUE Palace, le Centre Georges Pompidou à Paris et MondoMostre présentent
“De MAGRITTE à DUCHAMP. 1929: Le Grand Surréalisme du Centre Pompidou “.
Pour la première fois de son histoire, le musée français prête à l’Italie ses chefs-d’œuvre jalousement gardés pour cette exposition présentée dans le cadre magnifique du Palazzo Blu à Pise et organisée par Didier Ottinger, directeur adjoint du Musée national d’art moderne à Paris.

Environ 150 œuvres, parmi lesquelles des collages de Max Ernst, des masques en fil d’Alexandre Calder, des sculptures d’Alberto Giacometti, des photographies de Man Ray et divers objets, dessins, peintures et documents illustrent le parcours extraordinaire de l’avant-garde surréaliste pendant sa période le plus exubérante : les années 1929 environ.

 

JOAN MIRÓ
Sans titre – été 1929
Paris, Centre Pompidou

 

RENÉ MAGRITTE
Le double secret (1927)
Paris, Centre Pompidou

 

PABLO PICASSO
Femme dans un fauteuil (été 1927)

 

MAX ERNST
Chimera (1928)

 

ARTISTES
(Tzara, Éluard, Breton, Arp, Dalì, Tanguy, Ernst, Crevel, Ray)

MARINA ABRAMOVIĆ – The Cleaner

By / 17th December, 2018 / Eventi / No Comments

MARINA ABRAMOVIĆ – The Cleaner
Du 21 septembre 2018 au 20 janvier 2019
Palazzo Strozzi – Firenze
www.palazzostrozzi.org

Florence et Palazzo Strozzi se sont joints à cet automne / hiver 2018/2019 pour accueillir une grande exposition consacrée à l’artiste serbe internationale MARINA ABRAMOVIĆ, l’une des figures les plus célèbres et les plus controversées de l’art contemporain, dont les œuvres ont révolutionné l’idée de la performance en testant son corps. et le potentiel d’expression à la limite.
Il s’agit d’une rétrospective unique en son genre qui rassemble plus d’une centaine d’œuvres et offre un aperçu complet de ses créations les plus célèbres d’une carrière allant des années 1960 aux années 2000, notamment des vidéos, des photographies, des peintures, des objets, des installations et des reconstitutions en direct. plus célèbres représentations d’un groupe d’artistes spécialement choisis et formés pour ce spectacle.

Catalogue d’exposition disponible pour les invités de B&B De Amicis.

HEURES D’OUVERTURE
Tous les jours: 10h00 à 20h00
Jeudi: 10h00-23h00
Exposition également ouverte les jours fériés

 

Ulay/Marina Abramović
“Imponderabilia” 1977
Performance
Durata: 90 minuti
Galleria Comunale d’Arte Moderna
Bologna, giugno 1977

 

 

Re-Performance “Imponderabilia”
Piano Nobile – Palazzo Strozzi
Firenze, settembre 2018/gennaio 2019

 

Stromboli, 2002

 

Marina Abramović
“The House with the Ocean View”, 2002
Performance
Sean Kelly Gallery, New York, 15-26 novembre 2002

 

 

Tiina Pauliina Lehtimäki
“The House with the Ocean View”
Re-Performance
Palazzo Strozzi, Firenze, 4-16 dicembre 2018

 

BANKSY – CE N’EST PAS UNE OPPORTUNITÉ DES PHOTO

By / 17th December, 2018 / Eventi / No Comments

BANKSY – CE N’EST PAS UNE OPPORTUNITÉ DES PHOTO
Exposition du 19/10/2018 au 24/02/2019
Palazzo Medici Riccardi – Florence
www.palazzomediciriccardi.it

Bansky - Firenze

BANKSY
“Flying Copper”, 2003

Personne ne sait qui il est, mais il est peut-être l’artiste le plus populaire du 21ème siècle. Les voici, donc cet automne, même à Florence, les œuvres de Banksy, le père du street art contemporain.
Ses premières œuvres apparaissent au début des années 90 dans les rues de Bristol, une ville du sud-ouest de l’Angleterre qui, durant ces années, a connu une saison intense de fermentation artistique. Provocateur, ironique, imprévisible, Banksy parle de guerre, de pollution, de répression, d’homologation et de manipulation dans la société occidentale, avec des images de puissant impact évocateur qui apparaissent simplement au jour le jour dans la rue, en tout lieu, sur les murs des bâtiments quiconque passe par. Toujours anonyme: son identité n’a jamais été révélée et les hypothèses sur qui se cache derrière la signature de ces graffitis, apparus au fil des ans sur les murs du monde, ont nourri le mythe de Banksy.

«Banksy. Ce n’est pas une opportunité de photo »est l’exposition programmée au Palazzo Medici Riccardi du 19 octobre 2018 au 24 février 2019, où une sélection de ses images les plus célèbres, celles qui ont acquis une grande popularité, même grâce au partage sur les médias sociaux, sera exposée.
Il y a quelques jours à peine, il est revenu parler de lui-même pour l’une de ses œuvres qui, au moment même où elle a été vendue lors de la vente aux enchères de Sotheby’s à Londres, s’est auto-détruite en glissant dans une déchiqueteuse dissimulée dans son cadre.

Pour compléter l’exposition, le public aura une infographie sur la chronologie de l’artiste, de nombreuses cartes historiques sur les œuvres avec documentation photographique, les “livres noirs” originaux, des affiches originales de ses expositions, des billets contrefaits, des ballons “Je suis un imbécile “utilisé chez Dismaland et une sélection de vidéos.

HEURES D’OUVERTURE
Tous les jours: 09h00 à 19h00
Mercredi: fermé
Les Dimanches et les jours fériés toujours

 

BANKSY - “Pulp Fiction” 2004

BANKSY
“Pulp Fiction”, 2004

 

BANKSY - “Love Rat” 2004

BANKSY
“Love Rat”, 2004

 

BANKSY - “Get out while you Can” 2004

BANKSY
“Get out while you Can”, 2004

 

BANKSY - “Napalm” 2004

BANKSY
“Napalm”, 2004

PROJET – “LE MUR”

By / 30th April, 2018 / Eventi / No Comments

PROJET: “LE MUR” The Dark – Au bord de la vision Du 21.04.2018 au 21.06.2018 – Museo del Novecento

Une exposition passionnante qui a été signée par MARCO BAZZINI à l’intérieur du Museo del Novecento à Piazza Santa Maria Novella à Florence. IL BUIO est la première exposition graphique du projet “THE WALL”, le format d’exposition original conçu par le nouveau directeur du Musée, Sergio Risaliti. Un modèle graphique facilement compréhensible, des concepts d’information et des don- nées sur les œuvres collectées par le conservateur afin de suggérer au visiteur de nouveaux stimuli et de nouvelles traces de lecture. Bazzini a choisi le thème de l’obscurité et celui de l’art. L’obscurité ne doit pas être comprise comme absen- ce, mais plutôt comme une ligne commune pour raconter l’histoire de l’art sous un nouveau point de vue, pour comprendre comment les artistes ont utilisé ou vécu ou représenté l’obscurité à partir de contemporains pour revenir en arrière à travers les siècles.

THE WALL

Définir l’obscurité est difficile. Est-ce un personnage, une dimension, une méta- phore? Une condition ou plutôt un environnement? L’obscurité est, cependant, elle est en déclin, quelque chose de certainement ambivalent. Il se présente et se rétracte en même temps. Il n’y a pas d’obscurité sans lumière, d’obscurité sans clarté. Précisément parce qu’il est inaccessible dans son intégralité, dans cette exposition l’obscurité a été recherchée dans les œuvres d’art. Un voyage visuel dans l’histoire de l’art qui montre comment l’obscurité dans sa présence constante – on croit trop souvent que seul l’art est la lumière – change en fonc- tion de la culture et du temps.

THE WALL

Si les artistes plus récents invitent à rester dans l’obscurité, d’autres protagoni- stes du XXe siècle se réfèrent à l’obscurité comme matériau pour l’expression picturale ou pour l’enquête introspective. Un parcours de plus de 60 OEUVRES qui, au contraire, arrive à la représentation nocturne, un genre pictural dont le premier épisode est présent à FLORENCE dans la CHAPELLE BARONCELLI de SANTA CROCE avec “L’ANNONCE DE PADS” de TADDEO GADDI.

THE WALL

MUSEE DU NOVECENTO

By / 30th April, 2018 / Eventi / No Comments

Samedi 21.04.2018 – À partir de cette date, le site historique du Museo del 900, dédié à l’art moderne et contemporain italien, renaît avec une nouvelle image fortement souhaitée par le nouveau directeur artistique Sergio Risaliti. Les interventions seront multiples et à plusieurs niveaux:

  • l’amélioration de la planification des expositions, avec des expositions en alternance et des projets temporaires
  • récupération de nouveaux espaces
  • meilleure utilisation du patrimoine muséal
  • future institution multitâche

Museo del Novecento

Admirez immédiatement l’installation colorée de l’écriture M U S E O devant la porte extérieure, conçu par l’artiste Paolo Parisi en collaboration avec les étudiants de l’Académie des Beaux-Arts de Florence. Un choix, celui du mot “Musée” pour indiquer le désir de moderniser le terme pour redonner à la Maison des Muses une vitalité contemporaine rappelant que l’art est la fille de la mémoire (Mnémosyne).

Museo del Novecento

A signaler pour les prochains mois:

  • L’installation vidéo “Le corps est un vêtement sacré” de Béatrice Bulgari pour Entre Film d’Art
    Du 21 avril au 20 septembre 18
  • Le projet “The Wall”, le format d’exposition original conçu par le nouveau directeur Risaliti qui, pour ses débuts, a la signature de Marco Bazzini intitulé Il Buio. Au bord de la vision
    Du 21 avril au 21 juin 18
  • l’ Exposition “Les dessins du sculpteur” avec graphique œuvres signées A.Wildt, J.Lipchitz, D.Smith, Louise Bourgeois, L.Fabro, Rebecca Horn et R. Whiteread.
    Du 21 avril au 12 juillet 18
  • La première exposition italienne de l’artiste allemand Ulla Von Brandenburg “D’un soleil d’or”
    Du 21 avril au 21 juin 18

Museo del Novecento